Archives de l’auteur : Mélodie Faury

À propos Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Textures du temps, carnet du mois d’Août 2015

Hier, à 12h, nous avons clôturé les votes en ligne du mois de Juillet pour l’élection du carnet du mois d’Août.

Les raisons de l’organisation de ce vote informel, sur les réseaux, et comme entrée nouvelle dans la diversité et la richesse d’Hypothèses, mêlent convivialité, exploration et découverte d’abord, valorisation bien sûr et militantisme en faveur de l’écriture imaginative, généreuse et donc partagée, comme pratique de valeur de la pratique scientifique.

Si vous avez déniché dans vos lectures des carnets créatifs et vivants, n’hésitez pas à nourrir la liste collaborative amorcée ici, en prévision des mois à venir.

Les jeux donc étaient fait à 12h, le 4 Août, avec 45 participations, et la belle victoire du carnet Textures du temps – Algérie contemporaine.

Des trois carnets en lice, je dois avouer que je n’étais pas encore lectrice de celui-ci, par méconnaissance, alors que fidèle de (Dis)cursives et de Damoclès.

La découverte d’un nouveau carnet-pépite, l’un des enjeux de ce petit jeu, j’en bénéficie donc directement : merci aux participants et à Marie-Anne pour la suggestion !

Capture

Vivant, c’est peut-être le plus pertinent des qualificatifs pour ce carnet, qui s’intéresse à l’histoire récente de l’Algérie. L’intérêt de la chercheuse pour l’Algérie contemporaine, Malika Rahal, accompagnée depuis l’ouverture du carnet en avril 2012 d’au moins 8 auteur.e.s, se confronte au questionnement permanent sur sa pratique même d’historienne, dans un élan réflexif et épistémologique, et à l’urgence de saisir l’histoire du temps présent auprès des témoins vivants d’aujourd’hui. L’accroche même, présentation du carnet, est saisissante :

Une fois franchi le seuil de 1962, faire de l’histoire est (presque) un autre métier. Outre la question des archives qui deviennent très difficilement accessibles, c’est la texture même du temps qui apparaît transformée. (…) Mais, pour l’heure, les témoins sont tout ce que nous avons, nous autres historiens, pour travailler. Sauf à renoncer entièrement à l’histoire, nous n’avons pas le choix, car si la réapparition d’archives est incertaine, la disparition progressive des témoins, elle, est inéluctable.

Grâce à ce carnet, ce sont des mondes et des regards qui sont partagés, des rencontres dans la puissance de la transmission de celle ou celui qui parle à l’historien.ne, et livre un témoignage. Le rapport au temps, saisi une seule fois, mais pour dire longtemps ; et le rapport à sa propre pratique historienne, à l’enjeu de la rencontre, des histoires qui se disent, se croisent, et à l’enjeu de l’Histoire, viennent se tisser au rapport à l’écriture en ligne, au témoignage en abîme des chercheur.e.s qui reçoivent précieusement la parole des témoins, et le disent, le partagent, construisent une histoire contemporaine, en construisent en ligne les traces, les archives, pour lutter contre « le temps sans trace ». La prégnance de ces interrogations, et ce sentiment sous-jacent de la responsabilité, dans le témoignage, de la transmission et de la compréhension, sont à mon sens la source même de la créativité et de la richesse de ce carnet.

On plonge dans les archives des billets, comme dans une galerie de rencontres et de moments capturés pour lutter contre l’éphémère de la mémoire, qui nous touchent et nous parlent sous forme de billets, qui disent la violence de la guerre. En tant que non-historienne, ces billets me parlent presque plus, peut-être, que si la continuité avait déjà été reconstruite : le sens est en cours d’émergence, et on se sent au plus près des témoins vivants, grâce au propos de l’historien.ne que ne s’efface pas dans la perspective qu’elle/il nous donne à voir.

Le soin de l’illustration, le risque ou plutôt la force de l’interrogation permanente partagée de l’historien, la présence du « je », et de l’émotion dans l’écriture, font des auteur.e.s des témoins que le lecteur du carnet a lui aussi le privilège de rencontrer.

De l’émotion et de l’incarnation de l’histoire, par les témoins et les chercheurs

« Nedjib Sidi Moussa (…) revient (…) sur les difficultés de l’histoire du temps présent, lorsqu’une génération de témoins avance en âge, lorsque leurs témoignage deviennent plus secs, lorsqu’ils disparaissent en nous laissant – nous les historiens – avec nos enregistrements, et avec notre chagrin. »

En tant que carnetière, ce carnet me donne envie d’échanger, d’écrire, de faire des entretiens, de croiser les perspectives, au-delà des disciplines et des sujets de nos recherches : pour revenir à la chair et au sel de nos pratiques de recherche. Et c’est ce que je trouve et recherche sur Hypothèses.

Les votants ne s’y sont pas trompés, Textures du temps a la matière dense et précieuse des carnets qui surprennent de billet en billet, car les auteurs sont de véritables habitants du lieu numérique qu’ils se sont construits, et Malika Rahal sait visiblement lui donner corps, dans une dynamique individuelle ouverte ensuite au collectif.

Et parce qu’un carnet se saisit vraisemblablement mieux quant on le suit dans le temps, dans sa construction, sa logique, ses errances, mais surtout sa richesse, celle que les auteurs ouvrent dans un rapport aigu au temps de la recherche, j’invite celles et ceux qui ont voté pour ce magnifique lieu numérique, que je vais suivre désormais, à témoigner de ce qui les arrêtent, les interpellent, les captent dans ce carnet. Leur parole, est la bienvenue, dans les commentaires !

En vous souhaitant de belles lectures et une surtout une belle continuation aux trois carnets-pépites du mois de juillet, et en particulier à celui qui cherche à saisir le temps morcelé, dans toute sa précieuse texture !

Crédit de l’image d’en-tête : Malika Rahal, Oran Juin 2010

Focus sur des carnets animés

Pour l’une de mes premières explorations transversales de la matière d’Hypothèses, j’ai choisi un fil conducteur animé, celui des carnets qui aiment le mouvement, le mettent en mots et en scène.

J’ai trouvé en creusant quatre carnets qui m’ont attirée et arrêtée, et dont je voudrais partager quelques extraits choisis, en toute subjectivité. Continuer la lecture

Hypothèses, Ouvre toi !

Il était une fois, au cœur de la plateforme Hypothèses, deux exploratrices-carnetières nommées Marie-Anne et Mélodie. Marie-Anne était linguiste-blogueuse tandis que Mélodie était STS-blogueuse1. Pour partager leurs coups de foudre, des pépites du blogging scientifiques et des carnets d’un nouveau genre, elles ouvrirent un carnet intitulé « Parcours – Il était une fois mille et un carnets« , et composèrent un hymne à l’imagination, à la créativité et à l’originalité de celles et ceux qui font vivre Hypothèses. Continuer la lecture

  1. STS : Science and Technological Studies []