« 140 caractères », un drôle de petit carnet

Capture d’écran 2015-07-22 à 19.48.19

La carnetière-rédactrice du très riche Digital Intellectuals, blog du groupe de recherche junior “Berliner Intellektuelle 1800-1830“ ouvert en 2011, est une femme drôlement numérique et numériquement drôle. Les billets de Digital Intellectuals étaient déjà pleins d’humour, écrits dans un style alerte qui n’a peur ni de la subjectivité, ni de l’émotion, en français, en anglais ou en allemand.

En octobre dernier, Anne Baillot, twitteuse trilingue qui aligne ses 10k tweets au 22 juillet (@AnneBaillot), a ouvert un nouveau carnet, plus personnel : 140 caractères. Twitter comme pratique d’écriture. Oh ! me suis-je dit, mais oh ! un carnet à propos de Twitter ! et sur les pratiques d’écriture en plus ! mais c’est pour moi, ça ! Las, mes lectures ont pâti du chronique et cruel manque de temps qui m’a tenue éloignée des réseaux ces derniers mois, et ce n’est que récemment que je me suis plongée dans la lecture de ce chouette et spirituel carnet. Il inaugure la rubrique « coup de foudre » de ce nouveau lieu, où Mélodie Faury et moi, sortant de notre villa préférée, parcourerons inlassablement le palais des mille et un carnets d’Hypothèses à la recherche des pépites numériques.

Il y a actuellement environ 25 billets sur le carnet, qui abordent différents aspects de l’écriture et de la communication sur Twitter. Le tout dernier, du 11 juillet, porte sur un thème important, qu’Anne Baillot traite avec le mélange de rigueur et d’humour pince-sans-rire qui caractérise son écriture : l’expression des sentiments sur Twitter, et en particulier les sentiments négatifs, formulés au détriment des autres. Je vous laisse lire ce court texte, joliment intitulé « La confusion des sentiments« , qui parlera à tou.te.s les twitto.a.s du monde. Il y est question du geste acrobatique de « retourner sept fois ses doigts sur son clavier », et d’une identité de grizzly qui nous pend au… doigt pour peu qu’on se laisse aller à ses épanchements négatifs.

140 caractères se lit avec plaisir et grâce, on y rencontre des fourmis de dix-huit mètres, des objets d’amour, des lutins malicieux sur des vagues à l’âme, on y rencontre même @Infusoir dans ses œuvres archéolotwittiques, des leprechauns, des lièvres, un mouton, des ballons dégonflés… Un étonnant billet sur la mémoire de la Nuit de cristal nous enveloppe de sa légèreté douloureuse, un texte sur le silence des caractères non utilisés des tweets m’ouvre une perspective de réflexion et la carnetière tweete Rilke comme certains rapperaient Corneille.

Une théorie sur le livetweet court souterrainement dans le carnet, un questionnement bien ciblé se dessine sur les rapports entre l’avatar et le hashtag dans le temps, à l’occasion de l’affaire Charlie, et une théorie spontanée sur Twitter dans son ensemble se formule à l’issue d’un billet un peu désenchanté : « Mais dans le fond, twitter devrait être là pour revenir sur ses traces, pour exister dans le temps, pour marquer ses pas dans les villes la nuit ». Une très sérieuse petite théorie dans un drôle de petit carnet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *