Focus sur des carnets animés

Pour l’une de mes premières explorations transversales de la matière d’Hypothèses, j’ai choisi un fil conducteur animé, celui des carnets qui aiment le mouvement, le mettent en mots et en scène.

J’ai trouvé en creusant quatre carnets qui m’ont attirée et arrêtée, et dont je voudrais partager quelques extraits choisis, en toute subjectivité.

La thèse comme catalyseur de réflexion et d’écriture – Cinéma total

http://cinemato.hypotheses.org/

Depuis Juillet 2013 existe un lieu numérique qui vise « le partage de textes »; « la diffusion des informations d’actualité », et « de comptes-rendus de lecture ».
S’y développent des écritures inédites, c’est-à-dire des textes construits pour et dans le blog, selon les potentialités de l’écriture-blog et les formes originales que celle-ci permet par rapport aux formes académiques plus classiques.

« Ce carnet rassemble lectures, interrogations, idées à développer en vue d’une prochaine publication enrichie de ma thèse de doctorat intitulée « La narration classique dans le cinéma turc (1980-2000). Prémisses pour une étude structurale de la logique narrative et des principales figures héroïques ». Ce carnet de notes participe à l’agrégation Culture Visuelle . »

Ainsi, dès le premier billet, le ton était donné et la richesse du contenu à venir annoncé. La dynamique est entretenue par l’idée d’investir le carnet comme incubateur d’une publication académique.

L’auteur n’écrit pas très souvent, mais le carnet « Cinéma total » offre régulièrement quelques beaux textes d’analyse, des questionnements en cours, … On y sent la richesse de l’expérience de la thèse, qui met les idées en mouvement sans avoir toujours de lieu évident pour les décanter et les partager. Le carnet offre cette soupape, au bénéfice de celle/celui qui écrit, et du lecteur qui entre dans une réflexion vivante.

6

« Un film est la représentation du rapport entre un homme et la réalité de son propre temps » Francesco ROSI »

citation ouvrant le carnet

Recherche animé(e) – le Japon animé

http://anime.hypotheses.org/

4

Ce carnet, qui propose un état des lieux des recherches sur le cinéma d’animation japonais, m’a particulièrement intéressée pour ses articles organisés dans la catégorie « Recherche ». Et comme certains mots-clés ont un effet aimant sur mes lectures, je me suis arrêtée spécialement sur le billet-compte-rendu de lecture, traitant d’un ouvrage réflexif.

« L’intérêt de cet angle de vue, outre sa réflexivité bienvenue, est qu’il permet de se pencher sur l’histoire de l’enseignement et de la recherche au Japon, depuis la création de la JSAS (1998) en particulier. Celle-ci occupe d’ailleurs deux chapitres de la première partie de l’ouvrage, accompagnés de commentaires sur la recherche au Japon, dont un article du célèbre historien de l’animation japonaise Nobuyuki Tsugata et un autre de l’actuel président de la JSAS, Masashi Koide. Hu note de son côté que la tendance de l’édition au Japon semble plutôt de se concentrer sur une méta-approche du phénomène, à l’image de Anime bunka gaikô de Sakurai Takamasa, qui évoque ses rencontres avec des fans étrangers. »

La mission que s’est confié son auteure, en thèse selon les crédits, est celle de la constitution d’une bibliothèque, d’une bibliographie idéale et partagée, qui se construit petit à petit, et parfois visiblement dans les coulisses (les pages dédiées du carnet) de la publication in real time du blog. C’est donc une bibliothèque en construction lente et parfois peu visible dans les flux RSS qui se construit dans cet espace tranquille et épuré. Les derniers signes de vie sous forme de billet datent de janvier 2015, ce carnet est donc peut-être encore en mouvement lent… le prochain billet, s’il vient, confirmera ou infirmera cette hypothèse.

 

1er billet :

Le cinéma d’animation japonais, s’il jouit aujourd’hui d’une grande visibilité et d’une certaine appréciation, reste un objet rare dans la littérature scientifique. Pourtant, de l’histoire du cinéma aux théories du genre, les entrées sont multiples pour aborder cette cinématographie vaste et variée. Dans la lignée de études de fan et des travaux de Henry Jenkins se sont développés aux Etats-Unis une approche tournée vers la réception et l’anthropologie visuelle. Pourtant, de nombreuses pistes restent encore inexplorées, les travaux dispersés et peu accessibles. Il s’agira donc de constituer à la fois une bibliothèque idéale du chercheur consacré à l’animation japonaise, et une réflexion épistémologique et méthodologique sur les moyens de l’approcher.

Le ciné-œil numérique – la recherche – création

http://cineoeil.hypotheses.org/

Aux détours d’Openedition, je suis tombée sur ce beau carnet au genre non identifié (C.G.N.I), un objet d’emblée de curiosité par la richesse et l’originalité de son écriture, définie comme une dynamique de « recherche-création sur le cinéma et les nouveaux médias ».

Ce qui m’a d’abord plu, c’est l’écriture spécifique pour le blog qui y est déployée, le processus de création partagé, avec l’errance autorisée. Le carnet fait partie du processus de création. Dans ce sens, les “billets vagabonds” m’ont attirée.

« Le carnet de recherche « Le Ciné-oeil numérique » est un journal portant à la fois sur le processus de recherche et sur le processus de création cinématographique. Il et s’inscrit dans le cadre d’un projet pédagogique coordonné par Yann Kilborne au sein du Master « Création, Production, Images » de l’Université Bordeaux-Montaigne.

Le Ciné-oeil numérique, carnet pédagogique lancé en septembre 2012, est un journal de bord tenu par les étudiants du Master “Création, Production, Images” (Université Bordeaux-Montaigne), sous la direction d’Emmanuel Quillet (assistant de  production), Julie Morales (universitaire et productrice), et Yann Kilborne (enseignant de cinéma et directeur de la formation). »

« Les billets sans lien direct avec les deux principales rubriques sont placés dans la catégorie Billets vagabonds. »

2

Ce processus de création est visible dans la mesure où il induit la structure même du carnet, et ses évolutions : entre l’intention de départ et l’appropriation réelle du lieu numérique, des idées et des liens émergent, l’articulation entre les contenus même du carnet s’élabore en même temps que ceux-ci sont inventés.

Le Ciné-oeil numérique a évolué depuis le projet initial (1). Il accueille désormais deux catégories de billets :

  1. a) La rubrique “Avancées des mémoires de recherche” correspond à la pratique (de plus en plus fréquente dans le monde académique) du carnet de recherche en ligne. Les étudiants y décrivent l’état de leur mémoire, c’est-à-dire ici de leur analyse filmique. Chaque étudiant en effet travaille de manière approfondie sur le film d’un cinéaste réputé de l’histoire du cinéma, et doit produire un article scientifique à la fin de l’année de M2.
  2. b) La rubrique “Développement de projets” accueille des billets évoquant cette fois la progression de leurs projets filmiques. Soutenus et accompagnés par l’équipe pédagogique, les étudiants développent un projet de fiction ou de documentaire pendant leurs deux années de formation (ces projets peuvent ou non être menés jusqu’à leur terme, l’important étant de faire l’expérience pratique des étapes de création d’un film).

Les objectifs de ce carnet sont ainsi de réfléchir sur la complexité de la conception filmique,  de documenter les étapes de la recherche académique, et d’expérimenter l’usage de la photographie comme outil de description et de réflexion.

Fantaterror – l’écriture spécifique du lieu-carnet

http://cfhe.hypotheses.org/ –  @ValentinGrmd sur Twitter

Pour présenter ce carnet dédié au « cinéma fantastico-horrifique espagnol sous le tardofranquisme (1968-1975) », je commencerai par en regretter la faible récurrence des publication : seulement 6 billets depuis novembre 2014, mais avec une grande régularité, et surtout une qualité et un soin d’élaboration dès le premier billet. On sent que le carnet accompagne le travail de doctorat et permet à son auteur de formaliser, librement ou en interaction directe avec des communications associées aux thèmes traités, des idées en cours.

Ce carnet fait l’objet d’échanges en commentaire : un carnet vivant tranquillement pendant la thèse, à suivre donc !

1

Entre 1968 et 1975, soit la fin de la dictature franquiste en Espagne, se développe un âge d’or du cinéma fantastique et horrifique (dit « fantaterror », contraction de « fantastic » et « terror »). Cet âge d’or nous amène à questionner les notions de représentations sociales et politiques de l’Espagne de l’époque. Au fil des films étudiés, notre objectif est de voir comment ce genre cinématographique codifié reflète le contexte historique trouble dans lequel il est produit. Seront ainsi convoquées les notions de genre, la domination masculine, de répression sociale ou encore de panique morale, tous ces concepts participant à la compréhension d’un univers cinématographique idéologisé qui a recourt à des nombreux procédés visuels et narratifs pour subvertir les conventions de son temps.

Entre 1968 et 1975, soit la fin de la dictature franquiste en Espagne, se développe un âge d’or du cinéma fantastique et horrifique (dit « fantaterror », contraction de « fantastic » et « terror »). Cet âge d’or nous amène à questionner les notions de représentations sociales et politiques de l’Espagne de l’époque. Au fil des films étudiés, notre objectif est de voir comment ce genre cinématographique codifié reflète le contexte historique trouble dans lequel il est produit. Seront ainsi convoquées les notions de genre, la domination masculine, de répression sociale ou encore de panique morale, tous ces concepts participant à la compréhension d’un univers cinématographique idéologisé qui a recourt à des nombreux procédés visuels et narratifs pour subvertir les conventions de son temps.

Le carnet le plus intriguant, mais laissé en suspens… Ágalma

J’ai été intriguée et fascinée par l’idée de ce carnet, qui voulait explorer la « plastique ornementale du film ». Et j’ai aimé particulièrement le choix du bandeau. Mais ce carnet ne vit apparemment plus depuis 2013, dommage…

5

« Ágalma, (Αγάλματα) en Grec ancien, ce sont les objets travaillés avec art dont on se pare ou dont on s’enorgueillit. Par extension, agalma, désigne le plaisir visuel, ces images qui impressionnent le regard, ce « sex appeal de l’inorganique » qui réjouissait Walter Benjamin. Image-ornement, matière précieuse et objet ciselé, les agalmata étaient destinées aux Dieux, en offrandes. Quelque chose comme un don, une dépense somptuaire, en pure perte. Détourné de son sens premier, agalma, implique un vitalisme ornemental des images, articule l’objet tel qu’en lui-même (couleur, forme, matière) et son effet d’exaltation. Dynamisme et énergie de l’ornemental, agalma évoque la parure autant que la parade, le geste, l’objet et son effet. (…) »

Et vous,

avez-vous déniché des carnets intéressants sur le thème du cinéma et de l’animation ?

Autres blogs

Cinémarchives  – Liaison recherche – archives de cinéma

http://cinemarchives.hypotheses.org/

Le programme ANR Cinémarchives (décembre 2007 – décembre 2010) a entamé début 2008 ses travaux par l’exploration des fonds d’archives Triangle (USA circa 1909-1935), Max Douy, Serge Pimenoff. Ce programme et ces travaux font et feront l’objet de présentations, générale ou partielles, afin de soumettre, à la communauté scientifique en histoire du cinéma et en conservation du patrimoine cinématographique, les résultats des recherches et des journées d’étude ainsi que leurs perspectives (sites en ligne, publications, colloque, missions, projet de restauration…).

Le cinécritoire – Carnet de recherche sur le cinéma

http://cinema.hypotheses.org/

Le Cinécritoire est un carnet de recherche ayant pour objet de réfléchir sur le cinéma en mêlant esthétique, philosophie, sociologie et pratique cinématographique. Il a pour ambition de travailler sur la complexité du processus de création filmique, d’approfondir le travail interprétatif des films par le biais d’une approche transdisciplinaire, et d’expérimenter la pratique cinématographique comme moyen sensible d’élaboration de la connaissance.

NB : j’avais un Intérêt plus particulier pour la catégorie Billets réflexifs sur la réalisation de films”, mais qui n’est pas celle développée sur le site. Celui-ci est devenu surtout un carnet de valorisation de séminaire et de production externes à l’écriture native d’un carnet de recherche.

GRHED – Le carnet du groupe de recherche en histoire et esthétique du cinéma documentaire

http://grhed.hypotheses.org/

Ce carnet est celui des séminaires et des activités du GRHED (groupe de recherche en histoire et esthétique du cinéma documentaire), rattaché au CERHEC (université Paris 1 Panthéon Sorbonne) et à l’équipe d’accueil Histoire culturelle et sociale de l’art (HiCSA composante E4100). Ses objectifs sont la valorisation et la diffusion des travaux de jeunes chercheurs portant sur l’histoire, l’esthétique et les usages du cinéma documentaire. Il s’applique à favoriser le dialogue entre les universités. Depuis 2012, le GRHED est partenaire de la Bibliothèque Nationale de France, sous le parrainage d’Alain Carou (conservateur des collections images animées du département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque Nationale de France). Créé sur Culture Visuelle, ce carnet participe à l’agrégation Culture Visuelle sur Hypothèses.

Le carnet du GRHED (groupe de recherche en histoire et esthétique du cinéma documentaire) cherche à valoriser et diffuser les travaux des jeunes chercheurs portant sur l’histoire, l’esthétique et les usages du cinéma documentaire.

Depuis sa création en mars 2010, le GRHED propose un parcours et une analyse historique du cinéma du réel comme lutte, et tente ainsi de cerner la notion d’engagement dans le champ complexe du documentaire. Le réel offre un champ infini d’observation, d’interrogation, d’analyse et d’interprétation qui, depuis les premiers temps, anime de nombreux réalisateurs. Loin de réduire le cinéma documentaire à une catégorie définie et unique, nous l’avons envisagé dans tous ses possibles transversaux : fiction documentaire, fiction ou vidéo documentée par l’emploi d’archives etc. Ce groupe de recherche est animé par la volonté d’observer et d’étudier ces images comme matériau dynamique d’un document engagé dans l’Histoire.

NB : Peu de textes inédits, issu de « l’écriture carnet », catégories développées : Agenda (37) ; Archives & textes des communications (6) ; Billets (7) ; Membres (1) ; Présentation & projets (2) ; programmation (7)

Expériences sérielles Récits transmedias : une perspective transatlantique

http://experserie.hypotheses.org/

Il s’agit de questionner la production d’objets médiatiques sériels dans l’espace anglophone, à toutes époques et sur tous supports, dans le domaine aussi bien de la production audiovisuelle et cinématographique que des arts plastiques, de la littérature, du vidéoludisme, etc. Ce séminaire fait de la sérialité une pratique et une expérience culturellement situées et entend donc interroger cette notion dans une perspective conjointement civilisationniste et sociocognitive.

Ce carnet permettra de donner une visibilité aux activités du séminaire via la diffusion du programme et de comptes rendus de séances.

Celluloid Écrire [sur] les films / Writing [about] Movies

http://celluloid.hypotheses.org/

Celluloid est un carnet de recherche tourné vers la problématique de l’annotation audiovisuelle et vidéo, ainsi que les formes émergentes de discours audiovisuels et vidéo (mashup, remix, recut, retrailer, suédage, etc.). Les questions qui y sont abordées relèvent du champ des Digital Humanities, ou Humanités Numériques.

À la marge, le carnet Celluloid rend compte des activités du groupe Shortcuts qui réfléchit sur la relation entre le cinéma et la société.

Ce carnet est animé par Michaël Bourgatte et Laurent Tessier, tous les deux Maîtres de Conférences à l’Institut Supérieur de Pédagogie de l’Institut Catholique de Paris (ICP) et chercheurs au sein de l’Atelier du Numérique de l’ICP.

NB. Très riche, beaucoup de valorisation liée à des séances de séminaires, des interventions, des émissions, etc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *